Derniers articles

  • Phénoménologie et neurophénoménologie

    Husserl a voulu instituer la philosophie en tant que "science rigoureuse" dotée d’une exigence rationnelle. La suspension de tous jugements, la "mise entre parenthèses" des croyances et des convictions, vont permettre le "retour aux choses mêmes". Les analogies avec la pratique de la méditation, telle que nous la présentons, sont nombreuses, Husserl employant le terme "Selbstbesinnung", pouvant être traduit par auto-méditation, contemplation, retour sur soi, pouvant initier "une voie décisive (...)

  • Théorie de l’acceptation ACT

    Le mécanisme de l’évitement a été mis en évidence comme à l’origine du maintien des phénomènes de douleur chronique. Le concept de kinésiophobie en constitue un exemple fort bien documenté. La thérapie de pleine conscience et la thérapie d’acceptation et d’engagement, deux modèles psychothérapeutiques proches des thérapies cognitives et comportementales, se développent depuis quelques années pour la prise en charge de différents troubles. Plusieurs applications de ces modèles psychothérapeutiques ont été (...)

  • Décentration, thérapie métacognitive

    La décentration peut recouvrir plusieurs termes : métacognition, conscience détachée, re-perception, ou encore méta-conscience. Le préfixe meta notifiant un changement, un dépassement, une mise à distance, nous observons nos pensées, nos sensations et nos émotions, comme si elles émanaient d’une autre personne, et donc sans nous y identifier. Il s’agit de prendre davantage conscience de leur processus, de leur « contenant », que de leur contenu. Par exemple, au lieu de penser « je suis en colère », je (...)

  • Stimuler le parasympathique

    Le système nerveux végétatif se divise entre systèmes, sympathique et parasympathique. 1. La composante sympathique prépare à l’activité physique, voire intellectuelle, et potentialise les réponses de fuite et de lutte : elle accélère le rythme cardiorespiratoire, augmente la pression artérielle, dilate les bronches et les pupilles, et diminue l’activité digestive. Adrénaline et noradrénaline sont à la manœuvre. 2. La composante parasympathique ralentit ce que la sympathique a accéléré, et favorise la (...)

  • Acceptation versus résignation

    Un des mots-clés de la méditation est précisément l’acceptation de ce qu’on ne peut pas changer, suivie du lâcher-prise. Arrêter de s’évertuer à vouloir changer une expérience sans issue, ne rien faire, est parfois la meilleure solution pour sortir d’une impasse, qu’elle soit émotionnelle, sensorielle, ou psychologique : Emotionnelle : Une stratégie de suppression des émotions (par exemple, essayer de ne pas l’exprimer sur son visage) est peu efficace, et aboutit à long terme à une augmentation de cette (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25