Accueil du site > MEDITATION, PLEINE CONSCIENCE, MINDFULNESS ? > Pleine conscience, mindfulness ? Présence attentive

Pleine conscience, mindfulness ? Présence attentive

La vague actuelle méditative a démarré dans les années 60. Pour Alexandre Jollien : "Le danger est d’en faire une baguette magique, un effet de mode, un produit que l’on vend sur des étals".

Le terme mindfulness a été créé au 19° siècle par T.W. RHYS DAVIDS pour traduire Sati, l’attention Pure, simple enregistrement des faits observés par les 5 sens, sans y réagir mentalement

On retrouve ce terme dans plusieurs ouvrages, par exemple « The way of mindfulness » de Bikkhu Soma en 1949, « Mindfulness and insight » de Mahasi Sayadow en 1957, et plus récemment « The miracle of mindfulness » de Thich Nhat Hanh, en 1976. La traduction française a opté pour « Le miracle de la pleine conscience ».

Cette traduction est d’autant plus hasardeuse quand on sait que l’attention et la conscience sont dissociables : on peut être conscient de quelque chose sans y prêter attention, et prêter attention à autre chose sans en être conscient. D’autre part il existe de multiples définitions de la conscience, qui peuvent présenter des confusions sémantiques : perdre conscience, liberté de conscience, mauvaise conscience….
Inversement le terme conscience se traduit en anglais, indifféremment par awareness (vigilance, attention portées aux expériences) ou consciousness (conscience réflexive). D’anglais en français et inversement, le terme « pleine conscience » ne correspond ni à mindfulness, ni à Sati.
Nous préférons donc la traduction proposée par le pionnier de la neurophénoménologie et des recherches scientifiques sur la méditation, le chercheur Francisco Varéla (1991). Il a traduit mindfulness par attention vigilante.
Présence attentive est également une expression fréquemment utilisée.