Accueil du site > Présence attentive et émotions > régulation émotionnelle par le système végétatif

régulation émotionnelle par le système végétatif

La modulation des émotions peut bénéficier de l’apport de notre système parasympathique, qui, globalement, calme le corps et l’esprit.

Ce système nerveux végétatif se divise entre systèmes sympathique et parasympathique.

La composante sympathique prépare à l’activité physique, voire intellectuelle, et potentialise les réponses de fuite et de lutte : elle accélère le rythme cardiorespiratoire, augmente la pression artérielle, dilate les bronches et les pupilles, et diminue l’activité digestive. Adrénaline et noradrénaline sont à la manœuvre.

La composante parasympathique ralentit globalement ce que la sympathique a accéléré, et favorise la digestion et l’activité sexuelle. L’acétylcholine, en est le médiateur. Elle va moduler l’excès de stress et d’anxiété, diminuer l’inflammation et l’appétit, et favoriser un état de calme. La branche ventrale du nerf vague a une fonction motrice et sensitive, mais surtout modératrice du fonctionnement cardio-vasculaire, pulmonaire et digestif. La branche dorsale, quant à elle, est en lien avec un état de figement transitoire, ce qui signe une fois encore les liens entre émotions et excès de stress (y compris la douleur).

-Depuis une dizaine d’années, différentes études (Lumma 2015, Kamath 2013)) montrent que la méditation augmente l’activité vagale, la variabilité cardiaque et réduit l’inflammation. Elle réduit également celle du sympathique (Carlson 2007, Holzel 2011). -L’expiration lente et prolongée, va également stimuler le nerf vague.